mercredi 20 juin 2018

La vérité vraie de Dan Gemeinhart




Mark, 11 ans, est un enfant comme les autres. Il a un chien prénommé Beau et une meilleure amie, Jessie. Il aime prendre des photos avec un vieil appareil et écrire des haïkus sur un carnet qui ne le quitte jamais. Et il rêve de grimper un jour au sommet d'une montagne. Ce sera le Mont Rainier, il l'a promis à son grand-père sur son lit de mort.
Mais ce jour arrive plus tôt que prévu. Car Mark a une maladie. Du genre à rater une année entière de classe pour se faire soigner à l'hôpital. Du genre dont on ne réchappe pas toujours.
Alors, quand il apprend que son cancer est revenu, Mark fugue. Il a tout planifié. Rien ne les empêchera, lui et son chien Beau, de gravir cette montagne. Ni ses parents, ni les gens – étranges ou bien intentionnés – rencontrés en chemin, ni une tempête inhabituelle au cœur du printemps. Peu importe si c'est la dernière chose qu'il fera dans sa vie.
Un roman initiatique d'une sensibilité rare, qui aborde les questions que la vie soulève, les obstacles qu'elle met en travers de notre chemin et les moments de bonheur qu'elle ne manque jamais de nous offrir. Le voyage extraordinaire d'un enfant malade en quête de vérité, un sujet traité avec poésie et grande délicatesse.



Mark est un jeune garçon de 11 ans atteint d'un cancer. Celui-ci lui fiche la paix quelques temps pour mieux revenir ensuite...
Mark s'est promis de faire une chose avant de mourir : monter au sommet du Mont Rainier, seul ou presque puisque accompagné de son chien Beau.

C'est une histoire triste qui nous est contée ici, sans toutefois tomber dans le mélodramatique. C'est raconté avec justesse et on suit assidûment le parcours semé d'embûches de Mark, ce jeune garçon bien courageux et téméraire.

Durant son périple, il n'est pas épargné par la vie, de nouveau et on souffre pour lui, qui a déjà subit assez de malheur comme ça... On ressent vraiment beaucoup de compassion et d'empathie pour ce personnage qui est un battant.

Ce livre traite d'un périple, d'une douloureuse ascension mais aussi d'une très belle amitié entre un enfant et son chien. Car où qu'aille Mark, Beau le suit aveuglément, prenant soin de lui et ne le lâchant pas d'une semelle.

Un livre riche en émotions pour ados et adultes.


Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel



Maman disait de moi que j'étais un ange.
Un ange tombé du ciel.
Ce que maman a oublié de dire, c'est que les anges qui tombent ne se relèvent jamais.
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…

Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude.
Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer.
Une rencontre va peut-être changer son destin…

Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.

Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.



Quel plaisir de retrouver la plume de Karine Giebel dans ce roman ! Encore une belle pépite !

Tama est une petite Marocaine de 9 ans. Arrachée à son pays, vendue par son père qui pense qu'elle aura le droit à une meilleure vie en France. C'est sans compter la femme qui l'a acheté pour la vendre comme esclave à une famille française. Le ménage, les repas, les lessives, ... rien n'est épargnée à la petite Tama. Les coups non plus.

En parallèle de la vie de Tama, on découvre Gabriel. Un homme froid et solitaire. Dont la vie va basculer lorsqu'une jeune femme très mal en point va arriver chez lui et le menacer d'une arme.

En quoi ces 2 affaires sont-elles liées ? Il faudra lire ce roman pour le savoir.

J'adooore les thrillers de Karine Giebel et celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Une fois commencé, j'ai eu du mal à le poser et en même temps, j'ai très mal dormi tout le temps de sa lecture tellement j'étais imprégnée des personnages. La vie de Tama ne laisse pas indifférent une seule seconde !

C'est un livre éprouvant et douloureux. Mais tellement addictif qu'on en redemande !


mardi 5 juin 2018

Juste un peu de temps de Caroline Boudet




La charge mentale. La foutue charge mentale. Qui ressemble de plus en plus à une charge explosive qu’elle ferait volontiers sauter… Quelque chose a claqué en elle. Sophie ne voulait pas rentrer, ne pouvait pas. Elle ne voulait plus de cette vie-là. Ses pieds n’avaient tout simplement pas pu prendre le chemin de la gare, ses doigts avaient d’eux-mêmes éteint son portable, et son instinct maternel — je suis
indispensable, je suis coupable, ils ne sont rien sans moi — s’est mis en mode silencieux pour la première fois depuis sept ans.
Un silence absolument, pleinement, intensément reposant.  



Caroline Boudet traite avec justesse le sujet de la charge mentale dont sont victimes les femmes. Celles là même qui doivent penser à leur boulot, à leurs enfants, aux tâches ménagères et administratives et tout ce qu'on ne cite pas.

Sophie est une femme d'une trentaine d'années, maman de 3 enfants et mariée à Loïc. Elle a un boulot pour lequel elle s'investit sans passion. Et elle est lasse de sa vie. Lasse de devoir "tout" gérer, de devoir faire bonne figure, lasse d'être mère et de devoir penser à tout, tout le temps, pour tout le monde. Alors un jour, au lieu de rentrer chez elle, elle part. De longues heures de liberté loin de tout, loin de tout le monde, pour se retrouver, penser à elle et ce qu'elle veut faire du reste de sa vie, repenser son futur.

C'est à travers son point de vue mais aussi celui de son mari Loïc, de son fils Yann, de son amie Raffaela, de son collègue Marco, ... qu'on suit les péripéties de la jeune femme et les inquiétudes de son entourage. Entourage qui pense que la parfaite Sophie mène une vie idyllique, sans souci aucun et qu'elle n'aurait aucune raison de quitter son nid douillet. Où alors jouerait-elle un rôle à l'extérieur ? Le vernis serait-il en train de craquer ?

C'est un roman qui fera peut-être prendre conscience de tout ce qu'on attend d'une femme d'aujourd'hui : d'être présentes sur tous les fonts, sans flancher, en montrant toujours le meilleure de soi-même et en faisant paraître que cela est facile. Or ça ne l'est pas. Mais je pense que ça reste encore tabou de dire qu'on ne peut assurer de tous côtés, qu'on a aussi des faiblesses, qu'on a besoin de temps pour nous et qu'on aimerait être déchargé de certaines tâches parfois.

C'est un livre qui se lit rapidement et dans lequel on se retrouve forcément.
Pour autant, je crois que je n'ai pas été réceptive au moment de ma lecture... Evidemment le sujet me parle mais j'avais envie de quelque chose de plus léger et plus drôle au moment où j'ai entamé cette lecture et du coup je pense que je n'ai pas su l'apprécier à sa juste valeur...

vendredi 1 juin 2018

Island -tome 1 : Deus ex machina- de Sébastien Mao




Une île paradisiaque à la nature luxuriante.

5 enfants naufragés.

Des bruits étranges venant de la forêt.

Si vous pensez déjà connaître l'histoire, vous allez être surpris... 



Alors qu'il était en sortie catamaran avec 4 camarades, Alex et ses amis ont chaviré et ont atterrit sur une île qui semble déserte. Il leur faut maintenant se construire un abri, manger et boire mais l'île semble bien plus mystérieuse et maléfique qu'elle ne le laisse penser au premier abord.

Si les 5 enfants pensent être arrivé sur cette île par hasard, ils vont vite déchanter et cette bande dessinée va nous offrir un récit de science-fiction plutôt sympa. Mes fils de 7 et 10 ans ont adoré cette BD autant que moi et on a trouvé la fin bien frustrante évidemment puisque sans le prochain (les prochains ?) on ne saura pas ce qu'il advient des enfants et de leur moniteur. Vont-ils réussir à s'échapper de cette île ? Quelles aventures va-t-il encore leur arriver ?

C'est une bande dessinée aux illustrations vraiment agréables. On se met sans peine dans la peau des différents personnages, avec un courageux, un futé, un simplet, un méchant et un débrouillard. Une équipe drôle et un scénario de science-fiction auquel on adhère de suite.

J'ai beaucoup aimé ce mélange de survie et de science-fiction.  
On a hâte d'avoir la suite à la maison et on reste vraiment sur notre faim pour le moment !


tous les livres sur Babelio.com

mardi 29 mai 2018

La princesse et l'alchimiste - tome 1 : L'antidote- de Amy Alward




Lorsque la princesse de Nova tombe amoureuse de son reflet après avoir bu un philtre d’amour qui ne lui était pas destinée, la famille royale décide de convoquer tous les alchimistes de la ville pour qu’ils dénichent les ingrédients nécessaires à la fabrication d’un antidote. Un grand prix sera remis à celui qui parviendra à délivrer la princesse de son enchantement. Et, quoi de mieux que réaliser cette recherche par le biais d’une émission de télé-réalité ? Samantha, une jeune alchimiste accompagnée de Zain, se retrouvent tous les deux plongés dans cette folle aventure, qui les mènera aux quatre coins du monde. Mais trouveront-ils l’antidote ?


Alors que la princesse Evelyne veut faire boire un philtre d'amour à un ami afin qu'il tombe éperdument amoureux d'elle, elle se trompe de verre, boit la potion et tombe amoureuse... d'elle-même !
C'est ainsi que les alchimistes de Nova et leurs apprentis sont appelés à participer à la Chasse fantastique afin de trouver un antidote. Samantah Shimi fait partie de ceux là et devra se battre bec et ongles contre son principal adversaire : le laboratoire ZoroAster, afin de trouver l'antidote en premier et de l'administrer à la princesse; le roi et la reine ayant promis une grosse récompense dont sa famille et elle ont bien besoin. 

Ce roman qui est accessible aux enfants dès 10 ans (l'âge de mon fils qui a pris énormément de plaisir à le lire) pourrait paraître enfantin de part son histoire et le monde magique qui l'entoure et pourtant la plume de l'auteure fait que même les adultes prendront plaisir à le lire. Les rebondissements ne manquent pas et les protagonistes sont toujours en action, ce qui rend le récit vraiment plaisant et addictif. 

Concernant les différents personnages, ils ont tous une personnalité fortes. Il y a Samantha Shimi au caractère affirmé et qui ne se laisse pas désarmer, son acolyte Kirsty l'Exploratrice qui va l'aider dans sa quête de l'antidote parfait. Mais il y a aussi Zain, son principal concurrent car il est le fils du PDG des laboratoires ZoroAster. Samantha ne sait si elle doit lui faire confiance ou au contraire le fuir, d'autant plus qu'elle se sent attirée par lui. Mais il y a également la soeur du roi, chassée de Nova voilà des années et qui voit cette Chasse comme une bénédiction pour revenir dans la vie du roi.

Moi qui ne suis pas du tout monde fantastique et magie en temps normal, j'ai vraiment adoré ma lecture. Ca change et il y a tellement d'actions qu'on a pas le temps de s'ennuyer, on va de rebondissement en rebondissement ! 
Du coup, je n'ai qu'une hâte : lire le second tome en espérant qu'il soit aussi bien que ce premier.

vendredi 25 mai 2018

Silver water de Haylen Beck




Ce matin là, Audra Kinney avait rassemblé ses dernières forces pour fuir son mari, mis ses enfants dans la voiture, et foncé à travers les paysages accidentés de l’Arizona. Elle se sentait respirer. Enfin.

Mais, par un étrange coup du sort, elle est arrêtée par la police sur une route a priori déserte. Le coffre de la voiture est ouvert. Une cargaison de drogue qu’elle n’avait jamais vue de sa vie, découverte.

Et le cauchemar commence. Car une fois au poste, après avoir été embarquée de force, on s’étonne qu’elle mentionne la présence de ses enfants. Ils auraient disparu ?

La police, et bientôt les médias, parlent d’infanticide : c’est la parole d’Audra contre la leur… jusqu’à ce qu’un privé, Danny Lee, dont l’histoire ressemble à s’y méprendre à la sienne, se décide à forcer les portes de Silver Water.



Alors qu'Audra fuit son mari, un pervers narcissique, avec ses deux enfants de 8 et 6 ans, Sean et Louise, elle se fait arrêter par le shérif du comté de Silver Water. L'homme de loi l'arrête pour possession de drogue qu'il aurait trouvé dans son coffre. Alors qu'il l'emmène à sa voiture, il demande à une de ses collègues de se charger des enfants. Mais arrivé au poste de police, lorsque Audra demande où ont été emmené ses enfants, le shérif lui répond par une question : Quels enfants ? Elle était seule lorsqu'il l'a embarqué.

Ce roman nous tient en haleine jusqu'à la page finale. On tremble pour le sort de Sean et Louise évidemment mais aussi pour celui d'Audra et on se demande comment se finira cette histoire, en espérant une note positive même si au vue de l'histoire on doute que ça puisse arriver.

On se met à la place d'Audra et on se demande comment on peut paraître crédible alors même qu'on a à faire à des forces de l'ordre et que c'est notre parole contre la leur. Qui va-t-on croire ? Les représentants de la loi ou une ancienne alcoolique ? Comment faire éclater l'horrible vérité quand tout le monde est persuadé que vous êtes un monstre qui a commis un infanticide ?
Et surtout comment faire pour retrouver ses enfants ? Seule contre tous ? Par où commencer les recherches ? Qui appeler à l'aide ?

L'auteur nous fait entrer dans une spirale anxiogène. Il nous maintient en haleine avec son histoire alors même qu'on est parent et qu'on n'a aucune envie de lire ces pages terrifiantes. Mais à contrario, on ne peut pas le poser une fois commencé et il faut qu'on sache comment il va se finir, si Audra, Sean et Louise s'en sortiront où si les ripoux auront gain de cause...

J'ai vraiment adoré ce thriller qui m'a donné des sueurs froides. Parce qu'en tant que maman, je ne peux que m'identifier à Audra et que forcément c'est douloureux et même inimaginable...

Il traite de beaucoup de sujets avec finesse : les pervers narcissique, le kidnapping, le dark web, ...

Une petite pépite à lire absolument mais attention parents : âmes sensibles s'abstenir !

vendredi 18 mai 2018

Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi




Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.



Alors qu'elle vient de se faire licencier, empochant par ailleurs une belle somme d'argent pour l'acceptation de son départ, Anna a 2 choix qui s'offre à elle : rembourser toutes ses dettes et vite se remettre à la recherche d'un emploi afin de ne pas retomber dans une spirale infernale ou partir quelques temps avec ses deux filles qui vont mal.

Le choix est cornélien mais Anna décide de partir avec ses 2 filles en Scandinavie, en camping-car.
A partir de ce moment là, on suit les péripéties de cette famille dont les blessures sont nombreuses.
Chloé, 17ans, est une adolescente comme tant d'autres qui se cherche et qui rêve de trouver l'amour, le vrai, le grand. Parallèlement, elle souffre de l'absence de son père qui l'appelle souvent mais qu'elle n'a pas vu depuis 7 ans.
Lily est une jeune fille de 12 ans qui ne manque pas de bons mots et qui nous fait rire et sourire à de multiples reprises. Elle est le rayon de soleil de ce roman. 
Elle subit la moquerie de ses camarades de classe et notamment des jumelles qui ont décidé d'en faire leur bouc émissaire. Et contrairement à sa soeur, elle refuse catégoriquement de parler à son père au téléphone.

C'est au fur et à mesure de la lecture qu'on va prendre pleinement conscience du drame qui se joue. J'ai reçu un coup de poing en pleine figure lorsque j'ai lu les mots car je ne m'y attendais pas du tout !
Mais c'est amené vraiment subtilement.

Le voyage de ses 3 femmes, leurs coeurs qui s'ouvrent, les blessures qui se pansent, les relations mère-filles, tout dans l'écriture de Virginie Grimaldi en fait un très bon roman.
J'ai lu tous ses livres et c'est avec plaisir que j'ai découvert celui-ci. Virginie sait nous faire rire et pleurer et ses livres sont un réel bonheur ! Celui-ci ne manque pas à la règle évidemment.