mardi 12 mai 2015

Moi Nojoud, 10 ans, divorcée de Nojoud Ali




Résumé :
"Je m'appelle Nojoud, et je suis une villageoise yéménite. J'ai dix ans, enfin je crois. Dans mon pays, les enfants des campagnes n'ont pas de papiers et ne sont pas enregistrés à leur naissance. Mariée de force par mes parents à un homme trois fois plus âgé que moi, j'ai été abusée sexuellement et battue. Un matin, en partant acheter du pain, j'ai pris un bus et je me suis réfugiée au tribunal jusqu'à ce qu'un juge veuille bien m'écouter..."

Ce livre est l'histoire vraie d'une petite Yéménite qui a osé défier l'archaïsme des traditions de son pays en demandant le divorce. Et en l'obtenant ! Une première dans ce pays du sud de la péninsule arabe, où plus de la moitié des filles sont mariées avant d'avoir dix-huit ans. Son courage a été largement salué par la presse internationale et son parcours a ému le monde entier. Passée du statut de victime à celui d'héroïne, elle raconte aujourd'hui son histoire. Pour briser le silence. Pour encourager les autres petites filles de son âge à ne pas tomber dans le même piège qu'elle.


Nojoud vit au Yémen avec ses parents et ses nombreux frères et soeurs. Elle a 10 ans, ou peut-être 9, peut-être 11, sa mère ne sait plus trop.

Un jour, son père lui apprend qu'elle va se marier. Nojoud est dans un premier temps ravie, elle pense qu'elle va échapper à la pauvreté de ses parents et qu'un avenir meilleur s'offre à elle. Malgré tout, le jour de son mariage, elle a les yeux bouffis d'avoir trop pleuré et le regard terne; il lui est impossible de prendre part à la fête tellement elle est triste de devoir bientôt quitter sa famille et de se retrouver avec un étranger.

Le lendemain, son mari l'emmène dans sa nouvelle demeure où vivent aussi sa belle-mère et d'autres membres de la famille de son mari. Et lorsque vient la nuit, celui qui a promis de ne pas la toucher avant l'âge de la puberté la viole. Et il recommence nuit après nuit malgré les pleurs et les appels au secours de Nojoud.
Lorsqu'il lui offre la possibilité de passer quelques jours chez ses parents, Nojoud voit cela comme une libération. Mais l'honneur est plus important que tout et son père ne veut rien savoir de ce que sa fille subit : elle est mariée, elle doit écouter son époux, point barre.
Seulement, Nojoud est bien décidé à se battre et de ne pas se laisser aller à son triste sort alors quand un matin ses parents l'envoient chercher du pain, elle prend le bus et se rend au tribunal et demande à rencontrer un juge auquel elle annonce qu'elle veut divorcer. Heureusement dans son malheur, elle tombera sur des personnes bienveillantes.


C'est un livre qui se lit en à peine quelques heures et qui est très prenant.
On se dit qu'on est bien chanceux d'être nés en Occident, d'avoir la chance d'être entendues et reconnues en tant que femmes, d'avoir un vrai statut et de ne pas être considéré comme rien ou presque.

Nojoud fait preuve d'un courage à toute épreuve, autant avant que pendant et après sa demande de divorce parce qu'au Yémen ce qu'elle a fait est très mal perçu et qu'elle reçoit des menaces...

Un témoignage émouvant qui nous fait prendre conscience des us et coutumes de certains pays orientaux et de la chance que l'on a d'être nées en Occident, loin des mariages arrangés à des âges inacceptables...

Un bien triste témoignage pour lequel je ne donnerais pas d'avis avec smiley parce que le livre ne s'y prête pas...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir pris le temps d'échanger avec moi !