mardi 3 novembre 2015

Dans les yeux d'Anouch de Roland Godel




Résumé :
Eté 1915.
Anouch, treize ans, vit avec sa famille à Bursa, en Turquie. 
Une nuit, le chef de la police fait irruption dans la maison et brandit un ordre de déportation.
Pour Anouch et les siens, c'est le début d'un terrible exode : il faut dormir dans des camps de fortune, subir les violences des soldats, vaincre sa peur.
Mais la rencontre de Dikran donne à Anouch une raison d'espérer. Les deux adolescents se promettent de tout faire pour se retrouver s'ils viennent à être séparés...


Anouch a 13 ans lorsque ses parents reçoivent un ordre de déportation. Ils doivent partir, quitter leur maison et tout laisser derrière eux. Le voyage se fera avec son petit frère malade, ses grands-parents paternels, ses deux oncles, sa tante et son cousin qui n'est autre qu'un nourrisson.

Une longue route attend la famille : de camps de fortune en camps de fortune, ils vont être ballotés, malmenés mais resterons soudés. Heureusement ils peuvent compter les uns sur les autres dans cette rude aventure, heureusement aussi ils tomberont sur des âmes charitables malgré la guerre qui fait rage et les violences faites aux uns et aux autres.

En parallèle de cette déportation difficile, de ce génocide arménien, il y a les visions qu'à Anouch. Lorsqu'elle plonge ses yeux dans ceux des autres, elle peut y voir des images de l'avenir. Tantôt belles, tantôt affreuses, ses visions lui permettent de croire en un avenir meilleur et de retrouver espoir même si elle garde ce don pour elle, secrètement parce qu'elle pense qu'on la prendrait pour une folle ou qu'on ne la croirait pas tout simplement. Ces images l'enrichissent parce qu'elles sont plus souvent porteuses de bonnes nouvelles que de mauvaises et qu'elles lui permettent de garder espoir en l'avenir.

Un jour, Anouch fait la rencontre de Dikran, un jeune arménien déporté comme elle. Les deux jeunes adolescents vont se prendre d'affection l'un pour l'autre et même tomber amoureux. Mais malheureusement, leur situation fait qu'ils vont être séparés. Quelle injustice ! A peine le temps d'apprendre à se connaître que Dikran est déporté dans d'autres camps avec sa famille...

Ce roman est d'autant plus poignant qu'il est le témoignage de la grand-mère de l'auteur. Ca le rend unique, fort et beau. Une fois qu'on commence à lire ce roman, on ne peut plus quitter Anouch et sa famille. Et lorsqu'on referme la dernière page, Anouch et les siens ne nous quittent pas vraiment. 

Ce roman a reçu le Prix Gulli du Roman 2015 et il n'a pas volé son titre tellement il est beau. C'est un prix amplement mérité !

Mon avis :  
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir pris le temps d'échanger avec moi !