jeudi 18 février 2016

Et je renaîtrai de mes cendres de Laurence Finet




Résumé :
Il est des livres qui s'insinuent en nous. Des histoires qui commencent avec la légèreté du vol  d'une abeille qui entre en bourdonnant par la fenêtre. L'histoire de Laurence Finet -son histoire- en fait partie. Un mari aimant, quatre beaux enfants, un travail sans doute trop prenant mais peu importe, demain c'est les vacances...

Et puis l'abeille pique. Et la douleur provoquée par la piqûre rappelle une autre blessure, plus ancienne.
Nous voici alors inexorablement emportés. Derrière la légèreté du ton, des mots jetés, une accumulation de maux que l'on aurait crue inexprimable. Avec une grande pudeur et une bonne dose d'humour, Laurence Finet raconte les épreuves traversées, sans rien nous épargner. Et c'est grâce à une infinie délicatesse qu'elle parvient à nous faire ressentir toute la violence et l'horreur de ce qu'elle a dû endurer : <<J'ai parlé. J'ai vomi des bribes de mon passé avec une telle violence que je me demande comment j'arrive encore à respirer.>>

Un témoignage soutenu par la force implacable du réel mais qui se lit comme un roman.
Une fois refermé, plus d'autre choix que de respirer l'air et la vie à pleins poumons.



Laurence Finet est l'heureuse maman de 4 enfants de 4 ans à 12 ans. Elle est heureuse avec son mari et ils ont un train de vie plutôt confortable. D'ailleurs ils s'apprêtent à partir en Italie pour des vacances bien méritées.
Laurence sait qu'à son retour l'attendra une opération du genou mais elle ne s'en fait pas et profite.

C'est après l'opération que tout se gâte : son manque d'appétit, cette déprime qui s'installe, cette petite boule qu'elle sent sous son aisselle, les vomissements, ... Et si tout d'un coup le passé refaisait surface et venait hanter Laurence ? 

Mais difficile pour cette femme de 45 ans de s'ouvrir aux autres, que ce soit son mari, son médecin traitant ou encore son psy. Quand on a appris à se taire et à se conformer à ce que les autres attendent de vous, il est difficile de changer ses habitudes et de faire autrement que de taire ses démons encore une fois, de les enfouir au plus profond de soi et de tenter de les ignorer.

Et si les maux anciens étaient la cause des nouveaux maux ? Si tout était lié ? 

On commence ce récit avec légèreté et très vite on est plongé dans l'horreur du passé de Laurence, dans tout ce qu'elle enfoui au plus profond d'elle depuis sa plus tendre enfance. Difficile parfois de continuer la lecture, il m'a fallu poser ce livre et le reprendre quelques jours plus tard. C'est difficile de vivre tout ça à travers ses mots, c'est difficile de vois l'indifférence de ses géniteurs, de les voir faire ceux qui ne comprennent pas, eux qui ont inculqué à leurs enfants de ne rien dire de ce qu'il se passe dans le cercle familial, quitte à perdre leurs enfants un à un, quitte à les regarder se détruire à petit feu... Comment peut-on ? Pourquoi ?
On comprend mieux pourquoi soudainement le corps de Laurence dit stop, pourquoi il la fait souffrir, pourquoi il l'entraine dans ce tourbillon de souffrances encore et encore... Et on aimerait tellement que ça s'arrête, on aimerait tellement que Laurence puisse enfin vivre en paix. En paix avec sa petite fille intérieure, en paix avec la femme qu'elle est, en paix avec son corps, qu'elle puisse enfin savourer sa vie dans sa globalité. Tellement de souffrances pour une seule femme, comment est-ce possible ? 

Le dernier chapitre "Avertissement au lecteur" m'a fait froid dans le dos, m'a donné envie de crier que c'était injuste et du coup j'ai une énorme pensée pour la famille Finet pour qui j'ai tant de peine...

C'est vraiment un livre à lire. Certes il est dur mais la vie n'est pas qu'un long fleuve tranquille et lire ce genre de témoignage donne envie de profiter de la vie encore plus vivement !!


Mon avis :  
  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir pris le temps d'échanger avec moi !