dimanche 28 février 2016

Mes années barbares de Anne Lorient & Minou Azoulai




Résumé :
<<Les quarante premières années de ma vie ont été des années barbares. Effroyables. Suffocantes. 

Pendant des années, je n'ai pas osé aller chez le médecin pour ne pas montrer mon corps, mutilé de toutes parts. Pendant des années, je n'ai pas osé aller chez le dentiste, parce qu'ouvrir la bouche et sentir des mains près de mon cou provoquait des crises de panique. Comme lorsque mon frère voulait m'immobiliser. Comme lorsque les violeurs de rue me faisaient taire.

Je veux réussir les quarante années à venir. Pour mes enfants, et pour moi.>>

Un témoignage poignant, qui montre à quel point la vie et l'espoir peuvent rester chevillés au corps, même au pire de l'horreur. Un hommage à la résilience, nourri de révélations inédites sur les violences faites aux femmes SDF et la "mafia" des rues.


Qu'il était dur à lire ce témoignage ! Dès la première page, Anne nous embarque dans l'enfer de sa vie... Et quelle vie ! Abusée par son frère de 12 ans son aîné dès l'âge de 6 ans, elle quitte le domicile familial à sa majorité. Comment continuer à vivre auprès de ceux qui sont sensés la protéger et qui au lieu de ça ferment les yeux et les oreilles pour ne rien voir, ne rien entendre... Ce père qui entre dans la chambre de sa fille et qui voit son propre fils violer la chair de sa chair et qui referme la porte comme si de rien n'était... On croit rêver !! On se demande comment, pourquoi ??

Anne choisit de se réfugier à Paris. Elle est persuadée de trouver du renouveau à la capitale, du beau, des gens qui sauront l'accueillir à bras ouverts et lui offrir un avenir meilleur. Malheureusement, la tante chez qui elle pense se réfugier le temps de trouver un emploi et un logement ne voudra pas d'elle plus de quelques jours. Alors que reste-t-il sinon la rue ? 
La rue et son enfer... Les viols, les "mafieux" qui s'approprient des morceaux de trottoir qu'ils faut leur payer avec de l'argent si non avec son corps... Comment Anne a-t-elle réussie à ne pas sombrer ? A avancer encore et encore ? ...

Heureusement sur son chemin, elle a trouvé des gens bien. Trop peu malheureusement... Comme cet homme qui lui offre de venir prendre une douche chez lui, qui lui offre quelques provisions, sans rien attendre en retour.

On pourrait croire que les médecins, les assistantes sociales, tout ces professionnels de la santé et du social l'aideraient, en fait il n'en est rien... Combien lui tourneront le dos ? Lui claqueront la porte au nez ? Lui diront ne rien pouvoir faire pour elle et la remettront gentiment dans la rue ?
Heureusement il y a eu ces professionnels pleins d'humanité qui ont fait ce qu'il fallait pour la sauver, pour la sortir de la rue et lui offrir un semblant de vie meilleure à elle et ses deux enfants.

C'est un témoignage vraiment poignant, très difficile à lire. On ne s'imagine pas de tout ce qu'il se passe dans la rue pour les SDF, même dans les centres sociaux qui leur sont ouverts... Il faut vraiment être une femme forte comme Anne pour survivre et avancer, ne rien lâcher et croire en des jours meilleurs.

On ne sort pas indemne de cette lecture qui traite de sujets forts tels l'inceste, le viol, la vie d'une femme SDF. 

Mon avis :  
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir pris le temps d'échanger avec moi !