mercredi 25 mai 2016

La route étroite vers le nord lointain de Richard Flanagan




 Résumé :
En 1941, Dorrigo Evans, jeune officier médecin, vient à peine de tomber amoureux lorsque la guerre s’embrase et le précipite, avec son bataillon, en Orient puis dans l’enfer d’un camp de travail japonais, où les captifs sont affectés à la construction d’une ligne de chemin de fer en pleine jungle, entre le Siam et la Birmanie.
Maltraités par les gardes, affamés, exténués, malades, les prisonniers se raccrochent à ce qu’ils peuvent pour survivre – la camaraderie, l’humour, les souvenirs du pays.
Au coeur de ces ténèbres, c’est l’espoir de retrouver Amy, l’épouse de son oncle avec laquelle il vivait sa bouleversante passion avant de partir au front, qui permet à Dorrigo de subsister.
Cinquante ans plus tard, sollicité pour écrire la préface d’un ouvrage commémoratif, le vieil homme devenu après guerre un héros national convoque les spectres du passé.
Ceux de tous ces innocents morts pour rien, dont il entend honorer le courage.
Ceux des bourreaux, pénétrés de leur “devoir”, guidés par leur empereur et par la spiritualité des haïkus.
Celui d’Amy enfin, amour absolu et indépassable, qui le hante toujours.
Les voix des victimes et des survivants se mêlent au chant funèbre de Dorrigo, se répondent et font écho. À travers elles, la “Voie ferrée de la Mort”, tragédie méconnue de la Seconde Guerre mondiale, renaît sous nos yeux, par-delà le bien et le mal, dans sa grandeur dérisoire et sa violence implacable.
Porté par une écriture d’une rare intensité poétique, La Route étroite vers le Nord lointain est un roman puissant sur l’absurdité de la condition humaine, une méditation ombreuse sur l’amour et la mort, un cri contre la précarité de la mémoire et l’inacceptable victoire de l’oubli.



Dorrigo Evans, jeune officier médecin, commence tout juste une histoire d'amour secrète avec la femme de son oncle alors qu'il est en couple avec Ella, quand il est amené à partir au front, laissant derrière lui les 2 jeunes femmes.
On pourrait croire que ces histoires d'amour vont être le centre de cet ouvrage mais en fait pas du tout. C'est juste un peu de "douceur" dans cette seconde guerre mondiale qui ne laisse aucun répit aux soldats et aux prisonniers.

La construction d'une ligne de chemin de fer entre le Siam et la Birmanie tue les prisonniers de guerre à petit feu. Tiraillés par la faim, la maladie, des conditions de vie difficile, ils se battent pour sauver leur peau. Mais ils ne sont pas épargnés... Chaque jour on leur demande de fournir un effort encore plus considérable que la veille alors qu'ils sont encore plus fatigués, encore plus affamés, encore plus faibles.
Au front, Dorrigo Evans va avoir pour devoir de garder en vie ces prisonniers de guerre mais va vite être confrontés aux maladies et aux morts, à tenter de sauver les plus forts et faire en sorte que les plus faibles se reposent un peu pour reprendre des forces et peut-être survivre encore quelques jours.

Ce livre est un bel hommage aux crimes de guerre et nous oblige à nous poser de nombreuses questions : comment vivre une vie normale après avoir vu tant d'horreur, après avoir tant souffert ? Qu'est-ce qui amène à tant de violence ? Comment des hommes peuvent penser que d'autres vies valent moins que la leur ? 

Richard Flanagan, de part sa plume, nous fait plonger au coeur de cette guerre et de ses horreurs. Son écriture est riche et ses descriptions de toute cette horreur, de ces hommes rendent le récit vivant, nous plonge dans cette histoire.
Je ne me souviens pas avoir étudié cette partie de l'histoire au collège et pourtant, moi qui était fasciné par la seconde guerre mondiale, j'aurai aimé qu'on nous en parle plus. Ce livre est celui qui recevra mon vote pour le Prix Relay 2016, il le mérite et de loin ! :-)


Mon avis :  
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir pris le temps d'échanger avec moi !