mercredi 20 juin 2018

La vérité vraie de Dan Gemeinhart




Mark, 11 ans, est un enfant comme les autres. Il a un chien prénommé Beau et une meilleure amie, Jessie. Il aime prendre des photos avec un vieil appareil et écrire des haïkus sur un carnet qui ne le quitte jamais. Et il rêve de grimper un jour au sommet d'une montagne. Ce sera le Mont Rainier, il l'a promis à son grand-père sur son lit de mort.
Mais ce jour arrive plus tôt que prévu. Car Mark a une maladie. Du genre à rater une année entière de classe pour se faire soigner à l'hôpital. Du genre dont on ne réchappe pas toujours.
Alors, quand il apprend que son cancer est revenu, Mark fugue. Il a tout planifié. Rien ne les empêchera, lui et son chien Beau, de gravir cette montagne. Ni ses parents, ni les gens – étranges ou bien intentionnés – rencontrés en chemin, ni une tempête inhabituelle au cœur du printemps. Peu importe si c'est la dernière chose qu'il fera dans sa vie.
Un roman initiatique d'une sensibilité rare, qui aborde les questions que la vie soulève, les obstacles qu'elle met en travers de notre chemin et les moments de bonheur qu'elle ne manque jamais de nous offrir. Le voyage extraordinaire d'un enfant malade en quête de vérité, un sujet traité avec poésie et grande délicatesse.



Mark est un jeune garçon de 11 ans atteint d'un cancer. Celui-ci lui fiche la paix quelques temps pour mieux revenir ensuite...
Mark s'est promis de faire une chose avant de mourir : monter au sommet du Mont Rainier, seul ou presque puisque accompagné de son chien Beau.

C'est une histoire triste qui nous est contée ici, sans toutefois tomber dans le mélodramatique. C'est raconté avec justesse et on suit assidûment le parcours semé d'embûches de Mark, ce jeune garçon bien courageux et téméraire.

Durant son périple, il n'est pas épargné par la vie, de nouveau et on souffre pour lui, qui a déjà subit assez de malheur comme ça... On ressent vraiment beaucoup de compassion et d'empathie pour ce personnage qui est un battant.

Ce livre traite d'un périple, d'une douloureuse ascension mais aussi d'une très belle amitié entre un enfant et son chien. Car où qu'aille Mark, Beau le suit aveuglément, prenant soin de lui et ne le lâchant pas d'une semelle.

Un livre riche en émotions pour ados et adultes.


Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel



Maman disait de moi que j'étais un ange.
Un ange tombé du ciel.
Ce que maman a oublié de dire, c'est que les anges qui tombent ne se relèvent jamais.
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…

Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude.
Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer.
Une rencontre va peut-être changer son destin…

Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.

Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.



Quel plaisir de retrouver la plume de Karine Giebel dans ce roman ! Encore une belle pépite !

Tama est une petite Marocaine de 9 ans. Arrachée à son pays, vendue par son père qui pense qu'elle aura le droit à une meilleure vie en France. C'est sans compter la femme qui l'a acheté pour la vendre comme esclave à une famille française. Le ménage, les repas, les lessives, ... rien n'est épargnée à la petite Tama. Les coups non plus.

En parallèle de la vie de Tama, on découvre Gabriel. Un homme froid et solitaire. Dont la vie va basculer lorsqu'une jeune femme très mal en point va arriver chez lui et le menacer d'une arme.

En quoi ces 2 affaires sont-elles liées ? Il faudra lire ce roman pour le savoir.

J'adooore les thrillers de Karine Giebel et celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Une fois commencé, j'ai eu du mal à le poser et en même temps, j'ai très mal dormi tout le temps de sa lecture tellement j'étais imprégnée des personnages. La vie de Tama ne laisse pas indifférent une seule seconde !

C'est un livre éprouvant et douloureux. Mais tellement addictif qu'on en redemande !


mardi 5 juin 2018

Juste un peu de temps de Caroline Boudet




La charge mentale. La foutue charge mentale. Qui ressemble de plus en plus à une charge explosive qu’elle ferait volontiers sauter… Quelque chose a claqué en elle. Sophie ne voulait pas rentrer, ne pouvait pas. Elle ne voulait plus de cette vie-là. Ses pieds n’avaient tout simplement pas pu prendre le chemin de la gare, ses doigts avaient d’eux-mêmes éteint son portable, et son instinct maternel — je suis
indispensable, je suis coupable, ils ne sont rien sans moi — s’est mis en mode silencieux pour la première fois depuis sept ans.
Un silence absolument, pleinement, intensément reposant.  



Caroline Boudet traite avec justesse le sujet de la charge mentale dont sont victimes les femmes. Celles là même qui doivent penser à leur boulot, à leurs enfants, aux tâches ménagères et administratives et tout ce qu'on ne cite pas.

Sophie est une femme d'une trentaine d'années, maman de 3 enfants et mariée à Loïc. Elle a un boulot pour lequel elle s'investit sans passion. Et elle est lasse de sa vie. Lasse de devoir "tout" gérer, de devoir faire bonne figure, lasse d'être mère et de devoir penser à tout, tout le temps, pour tout le monde. Alors un jour, au lieu de rentrer chez elle, elle part. De longues heures de liberté loin de tout, loin de tout le monde, pour se retrouver, penser à elle et ce qu'elle veut faire du reste de sa vie, repenser son futur.

C'est à travers son point de vue mais aussi celui de son mari Loïc, de son fils Yann, de son amie Raffaela, de son collègue Marco, ... qu'on suit les péripéties de la jeune femme et les inquiétudes de son entourage. Entourage qui pense que la parfaite Sophie mène une vie idyllique, sans souci aucun et qu'elle n'aurait aucune raison de quitter son nid douillet. Où alors jouerait-elle un rôle à l'extérieur ? Le vernis serait-il en train de craquer ?

C'est un roman qui fera peut-être prendre conscience de tout ce qu'on attend d'une femme d'aujourd'hui : d'être présentes sur tous les fonts, sans flancher, en montrant toujours le meilleure de soi-même et en faisant paraître que cela est facile. Or ça ne l'est pas. Mais je pense que ça reste encore tabou de dire qu'on ne peut assurer de tous côtés, qu'on a aussi des faiblesses, qu'on a besoin de temps pour nous et qu'on aimerait être déchargé de certaines tâches parfois.

C'est un livre qui se lit rapidement et dans lequel on se retrouve forcément.
Pour autant, je crois que je n'ai pas été réceptive au moment de ma lecture... Evidemment le sujet me parle mais j'avais envie de quelque chose de plus léger et plus drôle au moment où j'ai entamé cette lecture et du coup je pense que je n'ai pas su l'apprécier à sa juste valeur...

vendredi 1 juin 2018

Island -tome 1 : Deus ex machina- de Sébastien Mao




Une île paradisiaque à la nature luxuriante.

5 enfants naufragés.

Des bruits étranges venant de la forêt.

Si vous pensez déjà connaître l'histoire, vous allez être surpris... 



Alors qu'il était en sortie catamaran avec 4 camarades, Alex et ses amis ont chaviré et ont atterrit sur une île qui semble déserte. Il leur faut maintenant se construire un abri, manger et boire mais l'île semble bien plus mystérieuse et maléfique qu'elle ne le laisse penser au premier abord.

Si les 5 enfants pensent être arrivé sur cette île par hasard, ils vont vite déchanter et cette bande dessinée va nous offrir un récit de science-fiction plutôt sympa. Mes fils de 7 et 10 ans ont adoré cette BD autant que moi et on a trouvé la fin bien frustrante évidemment puisque sans le prochain (les prochains ?) on ne saura pas ce qu'il advient des enfants et de leur moniteur. Vont-ils réussir à s'échapper de cette île ? Quelles aventures va-t-il encore leur arriver ?

C'est une bande dessinée aux illustrations vraiment agréables. On se met sans peine dans la peau des différents personnages, avec un courageux, un futé, un simplet, un méchant et un débrouillard. Une équipe drôle et un scénario de science-fiction auquel on adhère de suite.

J'ai beaucoup aimé ce mélange de survie et de science-fiction.  
On a hâte d'avoir la suite à la maison et on reste vraiment sur notre faim pour le moment !


tous les livres sur Babelio.com

mardi 29 mai 2018

La princesse et l'alchimiste - tome 1 : L'antidote- de Amy Alward




Lorsque la princesse de Nova tombe amoureuse de son reflet après avoir bu un philtre d’amour qui ne lui était pas destinée, la famille royale décide de convoquer tous les alchimistes de la ville pour qu’ils dénichent les ingrédients nécessaires à la fabrication d’un antidote. Un grand prix sera remis à celui qui parviendra à délivrer la princesse de son enchantement. Et, quoi de mieux que réaliser cette recherche par le biais d’une émission de télé-réalité ? Samantha, une jeune alchimiste accompagnée de Zain, se retrouvent tous les deux plongés dans cette folle aventure, qui les mènera aux quatre coins du monde. Mais trouveront-ils l’antidote ?


Alors que la princesse Evelyne veut faire boire un philtre d'amour à un ami afin qu'il tombe éperdument amoureux d'elle, elle se trompe de verre, boit la potion et tombe amoureuse... d'elle-même !
C'est ainsi que les alchimistes de Nova et leurs apprentis sont appelés à participer à la Chasse fantastique afin de trouver un antidote. Samantah Shimi fait partie de ceux là et devra se battre bec et ongles contre son principal adversaire : le laboratoire ZoroAster, afin de trouver l'antidote en premier et de l'administrer à la princesse; le roi et la reine ayant promis une grosse récompense dont sa famille et elle ont bien besoin. 

Ce roman qui est accessible aux enfants dès 10 ans (l'âge de mon fils qui a pris énormément de plaisir à le lire) pourrait paraître enfantin de part son histoire et le monde magique qui l'entoure et pourtant la plume de l'auteure fait que même les adultes prendront plaisir à le lire. Les rebondissements ne manquent pas et les protagonistes sont toujours en action, ce qui rend le récit vraiment plaisant et addictif. 

Concernant les différents personnages, ils ont tous une personnalité fortes. Il y a Samantha Shimi au caractère affirmé et qui ne se laisse pas désarmer, son acolyte Kirsty l'Exploratrice qui va l'aider dans sa quête de l'antidote parfait. Mais il y a aussi Zain, son principal concurrent car il est le fils du PDG des laboratoires ZoroAster. Samantha ne sait si elle doit lui faire confiance ou au contraire le fuir, d'autant plus qu'elle se sent attirée par lui. Mais il y a également la soeur du roi, chassée de Nova voilà des années et qui voit cette Chasse comme une bénédiction pour revenir dans la vie du roi.

Moi qui ne suis pas du tout monde fantastique et magie en temps normal, j'ai vraiment adoré ma lecture. Ca change et il y a tellement d'actions qu'on a pas le temps de s'ennuyer, on va de rebondissement en rebondissement ! 
Du coup, je n'ai qu'une hâte : lire le second tome en espérant qu'il soit aussi bien que ce premier.

vendredi 25 mai 2018

Silver water de Haylen Beck




Ce matin là, Audra Kinney avait rassemblé ses dernières forces pour fuir son mari, mis ses enfants dans la voiture, et foncé à travers les paysages accidentés de l’Arizona. Elle se sentait respirer. Enfin.

Mais, par un étrange coup du sort, elle est arrêtée par la police sur une route a priori déserte. Le coffre de la voiture est ouvert. Une cargaison de drogue qu’elle n’avait jamais vue de sa vie, découverte.

Et le cauchemar commence. Car une fois au poste, après avoir été embarquée de force, on s’étonne qu’elle mentionne la présence de ses enfants. Ils auraient disparu ?

La police, et bientôt les médias, parlent d’infanticide : c’est la parole d’Audra contre la leur… jusqu’à ce qu’un privé, Danny Lee, dont l’histoire ressemble à s’y méprendre à la sienne, se décide à forcer les portes de Silver Water.



Alors qu'Audra fuit son mari, un pervers narcissique, avec ses deux enfants de 8 et 6 ans, Sean et Louise, elle se fait arrêter par le shérif du comté de Silver Water. L'homme de loi l'arrête pour possession de drogue qu'il aurait trouvé dans son coffre. Alors qu'il l'emmène à sa voiture, il demande à une de ses collègues de se charger des enfants. Mais arrivé au poste de police, lorsque Audra demande où ont été emmené ses enfants, le shérif lui répond par une question : Quels enfants ? Elle était seule lorsqu'il l'a embarqué.

Ce roman nous tient en haleine jusqu'à la page finale. On tremble pour le sort de Sean et Louise évidemment mais aussi pour celui d'Audra et on se demande comment se finira cette histoire, en espérant une note positive même si au vue de l'histoire on doute que ça puisse arriver.

On se met à la place d'Audra et on se demande comment on peut paraître crédible alors même qu'on a à faire à des forces de l'ordre et que c'est notre parole contre la leur. Qui va-t-on croire ? Les représentants de la loi ou une ancienne alcoolique ? Comment faire éclater l'horrible vérité quand tout le monde est persuadé que vous êtes un monstre qui a commis un infanticide ?
Et surtout comment faire pour retrouver ses enfants ? Seule contre tous ? Par où commencer les recherches ? Qui appeler à l'aide ?

L'auteur nous fait entrer dans une spirale anxiogène. Il nous maintient en haleine avec son histoire alors même qu'on est parent et qu'on n'a aucune envie de lire ces pages terrifiantes. Mais à contrario, on ne peut pas le poser une fois commencé et il faut qu'on sache comment il va se finir, si Audra, Sean et Louise s'en sortiront où si les ripoux auront gain de cause...

J'ai vraiment adoré ce thriller qui m'a donné des sueurs froides. Parce qu'en tant que maman, je ne peux que m'identifier à Audra et que forcément c'est douloureux et même inimaginable...

Il traite de beaucoup de sujets avec finesse : les pervers narcissique, le kidnapping, le dark web, ...

Une petite pépite à lire absolument mais attention parents : âmes sensibles s'abstenir !

vendredi 18 mai 2018

Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi




Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.



Alors qu'elle vient de se faire licencier, empochant par ailleurs une belle somme d'argent pour l'acceptation de son départ, Anna a 2 choix qui s'offre à elle : rembourser toutes ses dettes et vite se remettre à la recherche d'un emploi afin de ne pas retomber dans une spirale infernale ou partir quelques temps avec ses deux filles qui vont mal.

Le choix est cornélien mais Anna décide de partir avec ses 2 filles en Scandinavie, en camping-car.
A partir de ce moment là, on suit les péripéties de cette famille dont les blessures sont nombreuses.
Chloé, 17ans, est une adolescente comme tant d'autres qui se cherche et qui rêve de trouver l'amour, le vrai, le grand. Parallèlement, elle souffre de l'absence de son père qui l'appelle souvent mais qu'elle n'a pas vu depuis 7 ans.
Lily est une jeune fille de 12 ans qui ne manque pas de bons mots et qui nous fait rire et sourire à de multiples reprises. Elle est le rayon de soleil de ce roman. 
Elle subit la moquerie de ses camarades de classe et notamment des jumelles qui ont décidé d'en faire leur bouc émissaire. Et contrairement à sa soeur, elle refuse catégoriquement de parler à son père au téléphone.

C'est au fur et à mesure de la lecture qu'on va prendre pleinement conscience du drame qui se joue. J'ai reçu un coup de poing en pleine figure lorsque j'ai lu les mots car je ne m'y attendais pas du tout !
Mais c'est amené vraiment subtilement.

Le voyage de ses 3 femmes, leurs coeurs qui s'ouvrent, les blessures qui se pansent, les relations mère-filles, tout dans l'écriture de Virginie Grimaldi en fait un très bon roman.
J'ai lu tous ses livres et c'est avec plaisir que j'ai découvert celui-ci. Virginie sait nous faire rire et pleurer et ses livres sont un réel bonheur ! Celui-ci ne manque pas à la règle évidemment.

mardi 15 mai 2018

Sous nos yeux de Cara Hunter




Alerte enlèvement : la petite Daisy Mason, 8 ans, a disparu lors d’une fête, donnée dans le jardin de ses parents. Elle était déguisée en pâquerette : elle portait une robe, des collants et des chaussures vertes, ainsi qu’une coiffe avec des pétales blancs. Et personne n’a rien vu.

L’inspecteur Adam Fowley, qui prend en charge l’enquête, sait bien que, dans 90% des cas, c’est un proche qui a fait le coup. Il a lui-même perdu un fils, Jake, quelques mois plus tôt. Or, la famille de Daisy compte son lot d’étranges individus : sa mère fait ce qu’elle peut pour préserver les apparences, son père se montre systématiquement sur la défensive, et le petit frère ne dit pas un mot…

Le vernis de respectabilité si cher à ce quartier de la classe moyenne s’effrite peu à peu sous la pression de l’enquête, des rumeurs et des réseaux sociaux. Les Mason, famille modèle, préfèrent parfois le mensonge par omission à la vérité, et des secrets inavouables sont sur le point d’éclater…


 Cette histoire est incroyable et je vous assure qu'une fois que vous en aurez commencé sa lecture, vous aurez du mal à la stopper tant que vous n'aurez pas lu son intégralité ! C'est une vraie petite bombe !

La famille Mason a invité tout son voisinage à un barbecue, dans leur jardin d'Oxford. Tout se déroule bien, les enfants, déguisés, jouent, les parents se divertissent et soudain on s'aperçoit que Daisy Mason n'est plus là. La petite fille reste introuvable et c'est l'inspecteur Adam Fowley qui va devoir mener l'enquête et résoudre cette sordide affaire.

Et c'est là que les masques vont tomber...
Sharon Mason, la mère, parait quelqu'un de froid, rigide et très soucieuse de son apparence. C'est aussi une femme jalouse qui aime être le centre de l'attention de son mari.
Barry Mason, quand à lui, est un type plutôt ordinaire, qui travaille beaucoup et aime plus que tout au monde sa petite fille, Daisy.
Et il y a Léo, le frère aîné de Daisy. Renfermé, introverti.

Qui est coupable ? Qui ne l'est pas ?

Cara Hunter manie le retournement de situation avec brio et ce n'est que lors des dernières pages que nous savons vraiment ce qu'il est arrivé à Daisy. Et j'avoue que c'est assez incroyable ! Rien de ce que j'aurai pu imaginer !

L'enquête est vraiment bien menée. On se creuse la tête en même temps que la police, on ne peut s'empêcher d'émettre des hypothèses et on n'en dort presque plus tellement ce livre rend dingue ! Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal à décrocher parce que je voulais savoir ce qu'il était arrivé à Daisy, qui aurait pu l'enlever et/ou la tuer. Ses parents ? Un voisin ? Son frère ? Un détraqué ? Un pédophile ? 

Surement l'un des meilleurs livres de cette année dans sa catégorie !

Sacrifie LEU de Philippe David




La découverte d'un cadavre enfoui depuis plus de dix ans dans une province bourgeoise enracinée autours de ses familles influentes et conservatrices, n'émeut pas grand monde. Dans ce contexte, suivrez-vous la pétillante Aurore, nouvelle recrue du journal local, dans sa nouvelle vie.
Entre ses amours pour le beau Benjamin et ses contradictions envers un apiculteur, coupable tout désigné par son physique ingrat, son sale caractère et sa réputation violente, la fougueuse journaliste va chercher, investiguer, fouiller et découvrir qu'un drame avait frappé la communauté à la même époque. Pure
coïncidence ?
Entêtée et résolue, elle ira jusqu'au bout pour donner un nom à la victime et refaire son parcours. Elle déterre et ravive les comportements sombres et cachés du passé qui hantent les plus fragiles jusqu'à s'interroger sur cette société moderne, construite sans discernement.
Alternant humour, suspense et psychologie, cette histoire ahurissante ne vous laissera pas insensible.


J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cette histoire... La familiarité dans laquelle nous entraîne l'auteur dès les premiers mots n'étaient pas pour me plaire... Ajoutez à ça des dialogues plats et un personnage trop familier voir vulgaire dans sa façon de parler...
Au final, j'ai bien fait de vouloir poursuivre ma lecture car j'ai beaucoup aimé ! Philippe sait garder le mystère jusqu'aux dernières pages de son roman.

On suit avec engouement les péripéties de la journaliste Aurore Tamarès qui vient d'arriver dans la petite ville de Mestin. On a autant envie qu'elle de savoir qui est le meurtrier de ce corps retrouvé soudainement et qui est enfoui depuis une décennie mais aussi les raisons de cet assassinat.

Le personnage d'Aurore ne m'a pas été agréable... Cette jeune femme est trop blessante, voir méchante et elle a tôt fait de montrer du doigt, de cataloguer... Elle juge tout lemonde et l'ouvre un peu trop, elle est sarcastique et blessante. Vraiment pas une personne qu'on aimerait fréquenter...
Et puis sans vouloir dévoiler un bout de l'histoire, je n'ai pas trouvé crédible du tout la façon qu'elle a de s'amouracher de Benjamin... Un type qui m'attend dans la rue jusqu'à pas d'heure, moi ça me ferait flipper !

Le personnage d'Esteban est celui qui est le plus touchant. Philippe David nous fait ressentir parfaitement les blessures de cet homme, son désarroi, ses émotions. Cet homme qui n'a rien pour lui au demeurant est pourtant le protagoniste le plus intéressant de ce roman.

C'est vraiment un roman qui vaut la peine d'être lu jusqu'au bout car il est plein de surprise et c'est au fur et à mesure que l'auteur dévoile son talent d'écrivain (et pourtant les 100 premières pages, ce n'était pas gagné...).



mardi 8 mai 2018

Tu deviens adulte le jour où tu pardonnes à tes parents de Gérard Salem





"Mes chers parents,

J’imagine à quel point cette lettre écrite de ma main va vous surprendre. Oui, elle vient de moi, votre fils maudit, celui dont vous n'avez reçu de nouvelles depuis sept ans. Mais rassurez-vous, je ne viens pas avec des cadeaux plein les bras, comme dit la chanson. J'espère au contraire que cette lettre empoisonnera votre journée."

Dans ce roman épistolaire, surprenant et captivant, Gérard Salem nous fait découvrir, avec humour et tendresse, l'histoire d'une famille... étrangement familière.  



J'attendais beaucoup de cette lecture et la quatrième de couverture me donnait l'impression que j'allais passer un bon moment. Malheureusement, j'ai déchanté et je n'ai pas apprécié plus que ça ma lecture...
Les différents personnages manquent cruellement de personnalité... Dans ce roman épistolaire où chaque personnage écrit de la même façon, heureusement que l'auteur nous note qui écrit à qui sinon nous ne le saurions pas car il n'y a pas de différence de ton ou d'écrit entre les différents protagonistes et je trouve que ça fait du tort à l'ouvrage, de ce fait les pages se suivent et se ressemblent...

Boris, le personnage principal, s'est exilé loin de sa famille après avoir reproché à ses parents d'avoir voulu en faire un homme à leur image et à ses frères et soeurs de lui avoir pris sa place d'enfant prodige et d'avoir dû leur montrer l'exemple sans cesse, à cause de son statut d'aîné.
Voilà 7 ans qu'il n'a pas donné de nouvelles et soudainement, sur les conseils de son psychiatre, il prend la peine d'écrire à chacun d'eux pour se plaindre et se faire plaindre en passant.
Malgré l'agressivité qui transparait dans les courriers que Boris envoi à ses parents, à ses soeurs et à son frère, tous souhaitent des retrouvailles et se repentir... J'aurai souhaité qu'au moins un des personnages confronte Boris à ses propres erreurs mais non... Et c'est ce qui rend le récit si monotone et insipide... Il n'y a rien pour rendre le roman réellement intéressant...

A travers son livre, Gérard Salem nous fait réaliser l'importance des  non-dits, des rancoeurs gardées pour soi, il nous fait réaliser qu'ils peuvent se transformer en maux et nous faire souffrir aussi bien psychologiquement que physiquement et qu'il est donc important de les extérioriser, de s'ouvrir, quel que soit le moyen employé.

lundi 7 mai 2018

Signe de vie de José Rodrigues Dos Santos






Les immenses radiotélescopes de l'institut SETI en Californie viennent de capter un signal inhabituel venu de l'espace sur la fréquence 1,42 GHz.
Un signe de vie.
La NASA, l'Agence spatiale européenne et la CNSA en Chine, préparent une mission internationale pour découvrir qui émet ce signal.
En tant que cryptanalyste reconnu dans le monde entier, Tomás Norhona est recruté pour faire parti de l'équipe des astronautes qui seront à bord de la navette Atlantis.
Loin de s'imaginer ce qu'ont déjà découvert les scientifiques sur ma vie extra-terrestre, il plonge alors au cœur du plus grand mystère de l'univers.
Le mystère de la vie.


J'ai trouvé ce livre EPOUSTOUFLANT !
 Je suis fascinée par les extra-terrestres autant que leur possible existence m'effraie au plus haut point. J'avais donc beaucoup d'appréhension quand au contenu de ce roman et un peu peur de la façon dont José Rodrigues Dos Santos traiterait le sujet.
 Et je n'ai pas été déçue ! L'auteur nous embarque à bord de la navette avec les 5 astronautes et il se base sur de vraies informations scientifiques pour enrichir son récit, ça ne laisse pas indifférent.

Le jargon mathématique et scientifique ne manque pas dans une bonne partie du livre, ils pourront en ennuyer plus d'un et pourtant ils sont indispensable pour le comprendre le cheminement philosophique sur l'existence de la vie extra-terrestre ainsi que la nôtre. Personnellement, j'ai trouvé ces informations pertinentes et elles nous amènent  à nous questionner, même bien longtemps après avoir refermé ce livre.


Pour ce qui est de l'histoire même, on suit avec grands intérêt 5 astronautes qui s'apprête à aller à la rencontre de Phanès, le vaisseau extraterrestre. A bord de la navette Atlantis, on suit plus particulièrement, Tomàs Norhona, cryptanalyste. De sa nomination à faire parti du projet à sa montée dans la navette spatiale Atlantis, qui les emmènera dans l'espace jusqu'à sa rencontre avec les extra-terrestres.
Lorsque les astronautes quittent la Terre, on vit complètement à leur rythme, on ressent leurs émotions, on tremble pour eux et avec eux. 
L'auteur sait d'ailleurs rendre son récit addictif et une fois ce livre commencé, il est impossible de le poser sans être arrivé au point final.

C'est un livre qui bouleverse, qui remet nos croyances en question. Notamment nos croyances sur la vie extraterrestre mais également la vie humaine, sur l'Univers et Dieu.
Bref un livre qui ne laisse pas indifférent !

 

mercredi 2 mai 2018

L'inconnue de Xanderland de Agnès Laroche








Exilé par son beau-père dans l'ancienne maison de la tante Agathe (paix à son âme), Bosco s'est résigné à des vacances mornes et sans joie.
Pourtant ses plans basculent dans l'inconnu quand une jeune fille aux cheveux blancs débarque dans son jardin, en pleine nuit.
Blessée, parlant un français fantaisiste, elle prétend devoir sauver le monde d'une invasion extraterrestre et lui demande son aide.
Complètement perchée, cette fille !
Mais tellement touchante avec ses grands yeux bleus... 


Alors que Bosco a été envoyée dans la maison de la tante de son beau-père afin de le punir, le voilà réveillé en pleine nuit par du bruit dans le jardin. Il y découvre une jeune fille, ensanglantée, apeurée et parlant un langage étrange, bien que compréhensible.

Bosco ne sait pas si cette fille est saine d'esprit ou non mais elle se revendique être une extraterrestre, venant de la planète Xander et devant au plus vite parler au Président de la République, car la Terre courre un grand danger : l'extermination de son espèce !
C'est ainsi que Bosco, qui pensait s'ennuyer pendant quelques semaines, se retrouve plongé au coeur d'une aventure dont il n sait pas comment elle va se terminer et si il doit croire cette fille haut perchée venue d'il ne sait où ou pas.


C'est un roman que j'ai adoré lire ! Il est pleins d'humour et accessible aux enfants dès 10 ans. Mon fils le lit d'ailleurs actuellement et je l'entends souvent rire.
Jusqu'au bout l'auteur nous tient en haleine sur le sort de Xander : est-ce vraiment une extraterrestre ou alors juste une fille bonne à enfermer à l'hôpital psychiatrique ?
Tout en étant surréaliste, l'auteur la rend crédible et nous embarque avec lui dans cette histoire pleine d'humour, de suspense  et de fantaisie.

J'ai vraiment adoré ma lecture et j'ai dévoré ce livre en très peu de temps ! :)

Marie d'en haut de Agnès Ledig





Voilà Olivier, lieutenant de gendarmerie éprouvé par la vie, muté en Ariège.
Au cours d'une enquête, il croise le chemin de Marie, une agricultrice de montagne.
Elle élève seule sa fille Suzie, une enfant pleine de fantaisie, et tente, loin du monde, d'oublier ses blessures passées. La jeune femme compose avec le quotidien grâce à la présence d'Antoine, son voisin, victime lui aussi de la méchanceté des hommes.
La rencontre de ces trois caractères bien trempés aux destins cabossés pourrait être désastreuse, elle s'avère étonnamment émouvante et tendre.


 Ayant déjà lu plusieurs livres de Agnès Ledig, j'avais très envie de découvrir également celui-là. Car elle a une plume qui émeut, qui ne laisse pas indifférent et qui bien souvent me fait verser quelques larmes.

Lorsqu'Olivier est arrivé en Ariège, il ne pensait pas tomber sous le charme d'une jeune femme et encore moins doté d'un sacré caractère et qui a une fillette de Suzie et un ami un peu trop présent.
Et si Marie refuse de se laisser impressionner par ce flic, elle se laisse petit à petit attendrir par lui  autant qu'elle tente de le fuir car les expériences passées l'ont trop fait souffrir et qu'elle préfère être seule à faire tourner sa ferme et élever sa fille que mal accompagnée et le coeur de nouveau brisé. Heureusement elle peut compter sur Antoine, son meilleur-ami, qui sait la comprendre sans la juger, qui l'accompagne et l'aide.

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, cette histoire, bien que je trouve que ce ne soit pas la meilleure que Agnès Ledig ai écrite. Je n'y ai pas retrouvé autant d'émotions que dans les précédents et je crois que ça m'a manqué même si ça n'enlève rien au charme de cette lecture.

L'auteure décrit avec beaucoup de justesse et de délicatesse les émotions de ses personnages, les rendant plus vrais, plus authentiques et les rendant aussi tellement sympathiques.  On passe un agréable moment avec Marie, Olivier et Antoine et on voudrait les quitter pour rien au monde !



 

Timoté chez les pompiers de Emmanuelle Massonaud



Une histoire, des activités et un camion de pompiers à construire !


Aujourd'hui, Timoté va découvrir la caserne des pompiers avec ses camarades de classe et sa maîtresse mademoiselle Eglantine. Ils ont tous hâte de monter dans le camion de pompiers, de mettre la sirène en route et d'apprendre pleins de choses.

C'est un livre qui ravira les fans de pompiers. Il est très bien fait pour les jeunes enfants et on trouve en fin de livre, 2 jeux et un papertoy de camion de pompier à découper et mettre en forme. De quoi bien s'amuser une fois l'histoire finie. 
Mon petit garçon adore cette histoire et surtout les moments fatidiques où il faut donner du pin pon à tue-tête :)

Timoté va sur le pot de Emmanuelle Massonaud







Fini les couches, Timoté a un pot tout neuf. C'est le moment d'apprendre à s'en servir.


Timoté est un grand garçon maintenant et avec ses parents il va apprendre à aller sur le pot et les toilettes tout en douceur.

C'est un livre parfait pour amener les jeunes enfants vers l'apprentissage du pot et des toilettes.
Je l'ai fait découvrir à mon petit garçon de 20 mois qui est déjà très friand des histoires de Timoté et celle-ci ne déroge pas à la règle ;-)

On aime beaucoup que les pages soient plastifiés afin que les enfants ne les abiment pas mais également le jeu des devinettes et des mimes en fin de livre ainsi que la cocotte en papier plastifiée à découper. Des heures de jeux en perspectives pour les aînés ;-)

lundi 30 avril 2018

Prisonnier de l'Hôtel Infini (collection Math'Attak)




L'alarme de sécurité s'est déclenchée à l'Université : le professeur Fonction a envoyé un SOS pendant une conférence top secrète à l'Hôtel Infini, vite il faut se rendre là-bas et l'aider. Vas-tu réussir à résoudre les mystères mathématiques des chiffres et t'échapper avec lui de ce satané hôtel ?



Si vous cherchez un livre sympa pour faire réviser les maths à vos enfants (à partir d'une dizaine d'années) tout en alliant plaisir, ce livre est fait pour vous ! Grâce à cet ouvrage, vos enfants vont devoir se creuser les méninges pour résoudre quelques énigmes mathématiques, et parfois certaines sont bien complexes !

Dans ce livre, votre enfant est le héros et c'est sa faculté à résoudre les pièges qui se dressent de
devant lui qui vont le faire avance, ou pas, dans cette histoire. 
Additions, soustractions, multiplications, divisions, nombres premiers, multiples, suites logiques, ... il y a de quoi occuper nos têtes blondes !
Et si l'enfant se trompe, il est invité à se creuser les neurones plus en profondeur :)

C'est une histoire captivante mais les énigmes prennent une telle place que personnellement j'ai dû lire une première fois l'histoire en résolvant les énigmes et une seconde fois afin de suivre le fil de l'histoire que je n'avais pas suivi lors de ma première lecture.

Mon fils de 10 ans a beaucoup aimé ce livre même si il est resté bloqué parfois de longs moments sur une énigme, ne comprenant pas ses erreurs et pourquoi il n'accédait pas à la suite de l'histoire. Il apprécie grandement ces livres qui poussent à la réflexion, qui ne sont pas fluides et continus.
Cette collection Math'Attak est vraiment très apprécié à la maison et je vous la conseille pour vos ados et pré-ados, qu'ils soient matheux ou non.

Le scarabée bleu de Emmanuelle Jappert





Anicha vit dans une oasis reculée du Maroc. Elle passe le plus clair de son temps à dévorer des livres. Seulement, en se coupant ainsi des autres et du monde, elle oublie les joies simples de l’existence. Jusqu’au jour où elle rencontre un scarabée bleu, posé sur une pivoine. L’insecte devine en elle un potentiel hors du commun… Il va alors l’entraîner dans une quête initiatique à travers Marrakech, puis Tanger, avant d’arriver en Égypte.
 Après bien des épreuves, Anicha va y découvrir son destin !
Ce roman onirique et resplendissant est un voyage à la rencontre de notre enfant intérieur, cette partie en chacun de nous si vulnérable, belle et forte à la fois.
 


Avec ce roman, on est plongé en plein coeur du Maroc, auprès d'Anicha, une jeune fille de 15 ans. 
Elle est loin de la vie superficielle des adolescents de son oasis car contrairement à eux,  elle n'aspire qu'à lire des livres, se cultiver et un jour apprendre à son tour en étant enseignante. 

Afin de se trouver et parce qu'elle est destinée à un destin plus grand que celui auquel elle aspire, Anicha va devoir voyager, un voyage intérieur autant qu'extérieur. 
Mais comment ne pas se perdre quand on a 15 ans ? Comment savoir qu'elle est la meilleure voie pour soi ? La bonne ? Comment ne pas se laisser influencer afin de pouvoir intégrer un groupe et entrer dans le moule dont nos semblables semblent se complaire ? On va donc voir évoluer Anicha dans cette crise qu'elle va traverser, en étant aidée d'animaux extraordinaires dont un scarabée. 

J'ai aimé lire ce livre et pourtant j'ai trouvé certains passages trop longs... Les rebondissements ne manquent pas mais ils ne sont pas pour autant palpitants... 
Le livre se lit mais j'ai refermé la dernière page sans regret car les protagonistes ne sont pas accrocheurs... Même celui d'Anicha... Et j'ai eu un peu de mal avec ce côté irréel des animaux du petit peuple. 

Cela reste une jolie ode au voyage, qui montrera aux adolescents l'ambivalence des sentiments qu'ils peuvent ressentir et de leur normalité. Presque comme un rite avant le passage à l'âge adulte. 

Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper de Horatio Clare





 Casper coule un existence paisible dans la petite ville anglaise de Woodside Terrace... Jusqu'à cet été où son père, Jim, change du tout au tout : il ne mange plus, ne travaille plus et reste cloué au lit. Quel mauvais sort s'est abattu sur lui ? Une chose est sûre, Casper ne l'abandonnera jamais !

 

L'auteur nous fait entrer très rapidement dans la vie de Capser, ce jeune garçon turbulent d'une dizaine d'années qui vit en Angleterre, à Woodside Terrace. Casper est un enfant plein de vie, avide de découverte et plutôt turbulent. 

Ca ne l'empêche pas de vivre une enfance heureuse auprès de ses parents Jim et Suzanne jusqu'à cet été où son père semble perdre goût à la vie : il n'a plus faim, il ne veut plus sortir, il ne va plus travailler... 
Le jeune garçon et sa mère tentent de rester positifs pour soutenir Jim. Mais Casper pense qu'il leur faut une aide extérieure pour aider son père à retrouver sa joie de vivre et c'est auprès des animaux qu'il va la trouver. 

C'est une très belle histoire qui nous est racontée, avec beaucoup d'humour et une pointe d'optimisme et pourtant elle traite d'un sujet délicat et pourtant d'actualité : la dépression. 

On se prend d'affection pour les différents personnages et notamment Jim, qui peine à remonter la pente alors qu'il se rend bien compte q'il a tout pour être heureux. Mais la maladie le ronge, comme une petite voix insidieuse qui le pousserait à tout voir en noir et rester cloîtrer dans son coin et son pessimisme.

Avec mon fils de 10 ans, nous n'avons pas réussi à poser le livre tant que nous ne l'avions pas fini car l'histoire est captivante tout en étant riche en émotions. 
Nous avons apprécié la mise en scène des animaux qui rend le thème de ce livre plus léger pour des enfants, presque poétique. 
Les illustrations qui jalonnent le récit sont très agréables et aident le jeune lecteur à faire travailler son imaginaire. C'est un vrai plus que l’on a apprécié. 

Ce livre aurait pu être d'une lourdeur sans nom à cause du sujet qui y est traité mais c'est tout le contraire qui se passe. L'auteur a une plume poétique, envoûtante. Il amène le sujet avec beaucoup de délicatesse, juste ce qu'il faut pour des enfants, pour leur parler de la dépression tout en ne rendant pas cela dramatique.

L'honneur de Preston de Mia Sheridan




Annalia n'a jamais aimé que Preston. 
Fille d'ouvriers agricoles mexicains immigrés en Californie, elle a grandi en subissant l'exclusion, dans une minuscule cabane de Central Valley. Sur cette terre, elle a découvert la liberté, dans les grands espaces de la ferme Sawyer et auprès des garçons qui étaient ses seuls amis.
Preston est amoureux d Annalia depuis son enfance. Mais sons sens de l'honneur l'a empêché de le lui dire, jusqu'au moment où il lui est devenu impossible de ne pas se déclarer, et leurs mondes -comme leurs corps- sont entrés en collision par une chaude nuit d'été. Une nuit qui va déclencher une série d'événements qui bouleverseront leur vie pour toujours.
Annalia est de retour en ville après avoir disparu corps et âmes pendant 6 mois. Elle compte bien récupérer son cœur, sa vie et le bébé qu'elle a laissé derrière elle, ce fils né d'un moment d'ivresse, de sexe et d'amour.
Preston a réussi à surmonter son chagrin, la dévastation et son désespoir amoureux, mais il se sent incapable de revivre semblable épreuve. Pourtant, il a bien envie d'essayer. Sa fierté et son amertume parviendront-elles à le retenir, face à l'irrésistible Annalia, éternel objet de son désir ?
Comment guérit-on ce qui est irréparablement détruit ? Comment pardonne-t-on l'impardonnable ? Comment réalise-t-on que le véritable honneur ne dépend pas des circonstances mais du plus profond de notre cœur, là où siège la vérité ? 
Et comment dépasser les blessures du passé, pour découvrir que certaines amours sont aussi solides que le sol sous nos pieds et aussi durables que la terre elle-même ?



Tout commence alors qu'Annalia a onze ans et que Preston et Cole, des jumeaux, en ont quatorze. Annalia habite alors avec sa mère dans une "cabane" sur les terres de la famille des 2 garçons. 
Ils sont très rapidement devenus amis. Ils ont grandi ensemble et si Annalia n'a d'yeux que pour Preston, les 2 jumeaux sont amoureux d'elle.

Le roman est construit en deux temps, l'auteure alterne entre le présent et le passé. Nous découvrons donc ces personnages enfants pour ensuite les suivre dans l'adolescence jusqu'à ce qu'ils soient adultes. 
L'action se passe au présent mais il est important de comprendre quel est le passé commun de ces personnages, qui est évoqué par flash-back. 

Annalia est une jeune femme, qui a toujours été seule. Même si elle vit avec sa mère, c'est comme si elle n'était pas là car celle-ci la rend coupable d'un lourd fardeau qu'elle porte. Malgré cela, Annalia reste cette jeune femme pétillante si agréable qu'on découvre au fil des pages. Ses rapports avec les jumeaux ne sont pas simples, tous deux sont attirés par elle... 

On s'interroge sur ces deux jeunes hommes, de l'enjeu d'un pari au mal que cela occasionnera.
Je me suis prise d'affection pour ces trois personnages. Et bien qu'ils soient jumeaux, Preston et Cole ont chacun ont personnalité qui leur est propre.

L'auteure évoque des thèmes forts et encre ses personnages dans des situations réellement difficiles : l'immigration, les différences de milieu social et ce que cela engendre dans la société, la grossesse, le baby blues, la mort, le deuil, ...
La plume de Mia Sheridan est forte, prenante et nous envoûte.

Le songe de Tarryn Fisher








Helena Conway est une jeune fille réfléchie et honnête qui se destine à être comptable. 
Sa BFF, Della, se sert d'elle pour épancher ses coups de blues. Sa relation avec Neil semble stable, sans passion ni complications. Heureusement qu'elle a un solide sens de l'humour !
Oui mais voilà, dans son rêve, Helena est mariée et amoureuse de son mari... qui n'est pas Neil, mais Kit Isley, le petit copain de Della. Dans ce rêve, elle a changé, elle s'est épanouie, sous le regard positif de Kit. Alors, Helena tombe amoureuse de son rêve jusqu'à vouloir le réaliser. 
Où serait-ce le rêve qui est prémonitoire ?
Sa vie bascule. Chaque événement la rapproche de Kit, de la situation rêvée, et cela la trouble. Elle se remet en question et s'éloigne peu à peu du modèle de vie qu'elle s'était fixée. Va-t-elle continuer sa relation avec Neil ou oser se lier avec Kit ? Son amitié avec Della est-elle plus importante que ses sentiments amoureux ? Va-t-elle prendre ses décisions à l'aune de son rêve ou continuera-t-elle d'être une bonne amie et une fille proche de ses parents ? 
Va-t-elle faire, comme toujours, ce que l'on attend d'elle, ou décider enfin de sa vie ?



Ce livre a été un vrai coup de coeur pour moi ! Il m'a fait passer par tout un tas d'émotions tels que la tristesse, la colère, le déni et l'agacement.

C'est dingue de ce dire qu'un simple rêve peut changer toute une vie et c'est pourtant ce qui va arriver à Helena lorsqu'elle rêve qu'elle est mariée à Kit Isley et mère de deux enfants, alors qu'il est le petit-ami de sa meilleure-amie Della dans la vie réelle.
Alors que Helena n'avait aucun attrait particulier pour Kit jusqu'alors, elle va petit à petit s'intéresser à lui, le trouver attachant et... en tomber amoureuse.

C'est un roman qui nous met les nerfs en pelote, qui nous fait vibrer et pleurer, ressentir de l'empathie et de l'antipathie. Parce qu'évidemmnt, une fois qu'on a commencé ce roman, il nous parait évident que Helena et Kit doivent être ensemble ! Mais ce n'est pas aussi simple pour nos personnages et les aléas de la vie vont leur mettre des bâtons dans les roues.

Les personnages sont -presque- tous attachants. En tout cas, ils ont chacun leur personnalité, leurs qualités et leurs défauts et c'est ce qui rend aussi cette histoire si addictive. Et finalement, même si la vie s'accorde à les séparer, les voir ne pas se perdre de vue apporte de l'espoir.

La fin aurait mérité d'être un peu plus travaillé, mais ça c'est personnel. J'ai trouvé que ça ne collait pas forcément avec le reste de l'histoire qui nous avait fait passer par des émotions plutôt vives.

 

Wily Fox mène l'enquête : un parfum de mystère






  Des canaux de Venise aux montagnes de Chine, le détective Wily Fox fait appel à son flair légendaire pour retrouver la précieuse formule d'un parfum surpuissant. 
Une affaire qui sent mauvais, où Wily est mené par le bout du nez...



Avec ce livre jeunesse, pas le temps de s'ennuyer : l'action est au rendez-vous dès les premières pages et les péripéties de notre héros Wily Fox arrivent tout aussi vite. Il nous fait voyager en Italie et en Chine dans cette histoire trépidante où l'action ne s'arrête pas une seule minute ! C'est qu'il serait un peu hyperactif notre héros !

On a apprécié les différents personnages qui ont chacun une personnalité à part entière, les péripéties qui nous ont fait voyager et l'intrigue qui tient le jeune lecteur en haleine et n'est pas dévoilée trop rapidement. 
C'est un roman qui est addictif pour les jeunes lecteurs pour leur plus grand plaisir ! 

 Les illustrations sont un plus très plaisant, les visages des différents personnages sont très expressifs et ça permet de rentrer encore plus dans l'histoire. Elle nous donne envie de découvrir les prochains romans car ce livre a fait l'unanimité à la maison notamment auprès de mes fils de 10 et 7 ans.

Vicious de L. J. Shen




Vicious.
 Le nom qu'il s'est choisi parle de lui-même.
 C'est un homme froid, cruel et immensément riche. Ce qui veut dire qu'il a le monde à ses pieds.
 Millie ne fera plus jamais l'erreur qu'elle a commise dix ans plus tôt, quand elle a cru qu'elle pouvait se mesurer à lui, répondre à ses provocations, lui rendre coup pour coup. Ils n'étaient que deux adolescents, et pourtant il a détruit sa vie, l'a forcée à l'exil, loin de sa famille et de tout ce qu'elle connaissait.
Alors, le soir où il surgit dans le bar de Manhattan où elle travaille à présent, adulte, plus beau et plus dangereux que jamais, Millie sait qu'il n'y a qu'une solution  : fuir. 
Mais elle ne se fait pas d'illusions, si Vicious est venu la chercher, rien ne l'arrêtera. 
Une menace autant qu'une promesse ? 


Vicious est un homme aussi dangereux qu'il est magnétique et d'ailleurs Millie le hait autant qu'elle l'aime. Il faut dire qu'il lui a fait vivre des moments plutôt désagréable alors qu'ils étaient ados, la méprisant plus que de raison et la forçant à quitter ses parents et sa soeur.

Alors quand ils se retrouvent quelques années plus tard, Millie n'a qu'une idée en tête : le fuir comme la peste. Seulement, Vicious veut Millie et ce que Vicious veut... il l'obtient.

C'est un roman que j'ai adoré ! Et que j'ai d'ailleurs dévoré en très peu de jours ! J'ai tellement hâte de pouvoir lire la suite maintenant !  La tension qui règne dans ce livre le rend attractif.

Le scénario est addictif, les personnages attachants et l'histoire fait qu'on a toujours envie de savoir ce qu'il va se passer dans les pages suivantes.
J'ai détesté Vicious autant que je l'ai aimé, tout comme Millie. Il se montre tellement désagréable, méchant, sournois et vicieux. Et en même temps, il peut être charmant et envoûtant. 
Le personnage de Millie est aussi intéressant car contrairement à nombre de midinettes, elle tient tête à Vicious, elle ne le craint pas et ose lui répondre même si elle sait qu'il y aura le retour de bâton derrière. Elle a un sacré caractère qu'elle affirme et qui la rend appréciable !

Bref, ce fût une romance comme je les aime. Même si on sait comment l'histoire se finit, on apprécie de rentrer dans le passé des personnages, dans leur présent, dans leurs pensées et de vibrer au gré des pages qui se tournent. Je n'ai qu'une hâte : tenir le second tome, Devious, entre mes mains !